© 2014, Philippe Ardy

RMO à la Hune N°30 - nov 2018
Reportage et interview sur le plateau de "Midi en France" (FR3), 14 juin 2017

"Sous l'écorce du Bois -

Sculptures de Philippe Ardy"

Court-métrage de M.P Heymerick, 7'11'' (2015)

Primé aux rencontres régionales des cinéastes et vidéastes des Hauts de France.

Être prêt à partir, à espérer et à aimer

 

 

Contempler le ciel la nuit, la tête en arrière, à s'en démettre le cou et se mêler aux étoiles. Donner un coup de pied dans la fourmilière de nos préjugés et de nos principes pour repartir à la conquête de notre capacité à penser.

 

Regarder, voir, toucher les sculptures de Philippe Ardy implique tout cela. Chaque pièce s'invite dans la poésie de l'engagement. On se surprend à voyager dans les empreintes des outils, sur les traces de la vie.

 

L'artiste aime l'humain et ses blessures, la matière et ses fragilités. Il joue sur le registre de la dérision, de la douceur et de la chair. La dérision du temps qui passe sur nos caprices d'enfants gâtés. La douceur des sens éveillés au delà des mots... Quand les courbes de ses corps défient le désir de paix.

 

Pour promener son regard, ses mains et ses émotions sur ses sculptures, il faut être prêt à partir, à espérer et à aimer.

 

Le lien existe entre la mémoire et l'univers béant de promesses, Philippe Ardy l'incorpore à coups de ciseaux au rythme de sa respiration. Comme un derviche tourneur, il tourne, et nous entraîne dans une ronde entre les sexes, entre la nature et l'Homme, l'engagement et l'humilité, la matière et l'énergie, le cerveau et l'âme.

 

Philippe Ardy nous met en scène. Ses sculptures sont notre public.

Muriel André

Journaliste

La fraternité pour notre Planète

 

De pierre ou de bois, les sculptures de Philippe Ardy invitent à la caresse.

 

Au centre de la Grange du Prieuré à La Ferté Loupière, taillées dans un if calciné, deux mains retiennent une sphère de marbre. C’est L’avenir de l’homme, une image de la fraternité pour sauver notre planète...

 

Philippe Ardy nous fait voyager de terres lointaines en rencontres charnelles. Le sculpteur a écrit ces mots : « Je veux proclamer que l’art et la culture, de tous temps, ont offert un avenir au monde qui sait si bien se perdre. Tant de guerres et de misères dans un monde d’abondance me paraîtront toujours être une insulte pour l’esprit humain. ».

 

D’une œuvre à l’autre, on se promène entre courbes sensuelles et formes primitives, entre inspirations africaines et hommages à la nature. Les magnifiques Oiseaux d’Arz, taillés dans du poirier, tendent leurs silhouettes élancées vers le ciel.

 

Plus loin, on peut voir des images du travail réalisé par l'artiste lors d’une résidence à Timimoun dans le Sahara algérien : sable, lumière et sphères de terre cuites.

 

Trinkah Guerrah

 

Sphère Maritime de Philippe Ardy / Jean Marc Blanchard, Biennale AMERS 2016

Le Point, 26 juillet 2016

Le Littoral, 16 septembre 2016

Sphère maritime Philippe Ardy / Jean Marc Blanchard Biennale AMERS 2016 Oléron

"Sud Ouest", 30 juin 2016

Philippe ardy exposition Bastion Royal Le Château d'Oléron juin 2016

Le Littoral, 26/7/19

Le Littoral, 09/08/19